LA VOIE MYSTIQUE

adveniat regnum tuum

Troisième partie

Méditations sur la Passion de Jésus pendant sa vie publique
La Cène et l’Agonie

4
Les lamentations de Jésus

Il est trop tôt pour célébrer la Pâque. Après avoir patiemment expliqué les paroles de l’Écriture concernant les heures dramatiques qui allaient venir, Jésus, sachant que son Heure était proche mais que ses apôtres n’étaient pas encore prêts à l’accueillir, les envoya méditer et prier en silence...

L’Heure est imminente, et Jésus le sait. Jésus s’en retourne vers le Père, mais Il part seul... Tous ses amis doivent rester encore de longues années sur la terre pour témoigner de Lui. Jésus pense aussi à sa Mère. La Maman doit encore rester sur la terre, pour soutenir ses disciples quand Lui sera retourné vers le Père, et pour devenir la Mère de son Église. Car Marie doit devenir la Mère de l’Église, son Corps mystique, comme elle l’a été de son corps d’homme.

L’Heure de Jésus est imminente; l’heure de Marie aussi. Car c’est aujourd’hui que Marie doit vivre l’heure terrible prédite par le vieillard Siméon, l’heure où le glaive de douleur lui transpercera le cœur.

Quelle souffrance pour Jésus qui ne peut pas retenir ses larmes! Quoi de pire, en effet, que de faire souffrir ceux que l’on aime ? Jésus voit, dans une vision étonnante de réalisme, la passion de Marie. Jésus entend ses plaintes, les plaintes de la Servante de Dieu. Jésus entend les plaintes de sa Mère co-rédemptrice, douloureusement exprimées dans les Lamentations du prophète : 8-...Ô Yahvé, regarde ma misère, l’ennemi a triomphé...

11-Ô Yahvé, regarde et vois comme j’ai été méprisée! 12-Vous tous qui passez sur le chemin, regardez et voyez: est-il plus douloureuse douleur que celle dont je souffre, dont Yahvé m’a frappée au jour de son ardente colère. 13-D’en haut il a envoyé un feu; il est descendu dans mes os. Il a tendu un filet sous mes pieds et m’a jetée à la renverse. Il m’a laissée défaite, tous mes jours ne sont que souffrance.

15-... Le Seigneur a foulé au pressoir la vierge, fille de Juda. 16-Et voilà pourquoi je pleure, pourquoi mes yeux fondent en larmes, car personne n’est là qui me console et réconforte mon âme. Mon enfant meurt et l’ennemi triomphe. (La. 1)

– Maman ! ô Maman ! gémit Jésus. C’est mon Heure, maintenant, et c’est aussi la tienne; c’est aussi pour cette Heure que Tu étais venue, douce Colombe de l’Esprit-Saint, tendre Servante du Seigneur. C’est ton Heure, ô Maman, l’Heure de parfaire ton Fiat! Maman, tu savais toi aussi que 1-je suis l’homme qui a connu le malheur sous le bâton de la colère de Dieu. 2-Il a conduit ma marche vers les ténèbres et non vers la lumière. 3-Il tourne et retourne sa main contre moi, tout au long du jour.

Jésus pleure :

– Maman, tu connaissais les paroles des l’Écritures, tu as dit oui au Père, pour le salut du monde, car ce sont l’Homme et la Femme qui doivent sauver le monde et le délivrer du péché et de Satan. Maman, tu es la Femme. Que de fois Je t’ai appelée par ce nom pour montrer aux hommes que, Mère de Jésus le Fils de Dieu, tu es aussi leur Mère et la Femme qui les délivre. La Femme appelée par Dieu.

– Maman, Je sais que tu m’entends, que tu pleures avec Moi. Je sais que tu M’entends, car demain, le monde va être sauvé, par l’Homme et par la Femme. Maman, Je sais que tu M’entends. Tu dois te souvenir des lamentations de Jérémie car tu dois savoir maintenant, que ma Passion sera aussi la tienne. Tu dois savoir qu’aujourd’hui et demain, Je suis le Serviteur souffrant livré aux mains des méchants pour le salut de tous les hommes. Maman, souviens-toi de ce que l’homme inspiré disait de Moi:

4-Il a usé mes chairs et ma peau, il a brisé mes os. 5-Il m’a assailli, assiégé, ce n’étaient qu’amertume et poison. 6-Il m’a fait demeurer dans les ténèbres, comme les morts pour qui le temps n’est plus. 7-Il m’a emmuré et je ne peux sortir, il a fait pesantes mes chaînes. 8-J’ai beau crier, appeler, il ne laisse pas passer ma prière. 9-Il a bloqué ma voie avec des pierres, il a obstrué mes sentiers. 10-Il est pour moi comme un ours à l’affût, comme un lion  aux aguets.

– Maman ! Prie pour tous mes disciples et pour mes apôtres, pour que leur foi ne défaille pas. Le Père semblera M’abandonner, comme si J’étais pour Lui un objet de dégoût: car Je porterai tous les péchés des hommes, depuis le début du temps jusqu’à la fin du monde. Pour que les hommes soient sauvés, Je dois subir toutes les peines, tous les déchirements et tous les délaissements. Je dois prendre sur Moi toutes les souffrances du monde, être méprisé, outragé, et accusé, Moi, l’Innocent, de tous les crimes et de toutes les ignominies. Je dois vivre tout ce que les prophètes avaient annoncé, et pour délivrer le monde de ses chaînes maudites, les accepter pour Moi :

11-Il m’a écarté du chemin et m’a déchiré, il m’a laissé en pièces.

12-Il a bandé son arc, faisant de moi la cible de ses flèches. 13-il m’a décoché dans les reins sa réserve de flèches. 14-Je suis devenu la risée du peuple, tout le jour ils me chansonnent. 15-Il m’a rassasié, il m’a enivré d’absinthe. 16-Il m’a cassé les dents à coups de cailloux, il m’a enfoncé dans la cendre. 17-Mon âme n’a plus droit à la paix, je ne connais plus le bonheur.

30-Le Seigneur m’a fait tendre la joue à celui qui me frappe, et Il me rassasie d’humiliations.

– Maman, ne sois pas loin demain, sur mon Chemin de Croix: tu dois être associée à ma peine. Surtout n’oublie jamais: le Seigneur est fidèle, Il est toujours fidèle. Te souviens-tu des jours bénis où tu chantais la fidélité de Yahvé, et le bonheur de ceux qui observent sa Loi et font sa volonté : 30-La fidélité du Seigneur est grande, sa miséricorde n’est pas épuisée. 24-Mon âme a dit: “Yahvé est ma part, je veux espérer en lui. 25-Yahvé est bon pour qui espère en lui, pour l’âme qui le recherche.

– Oui, Maman le Seigneur est bon pour ceux qui sont fidèles et se soumettent à sa Loi et à ses volontés. 26-Il est bon d’attendre en silence le salut de Yahvé. 27-Il est bon pour l’homme de porter le joug dès sa jeunesse.

– Maman, ne sois pas loin demain, sur mon Chemin de Croix: tu dois être associée à ma peine. J’aurai besoin de ton amour et de ta force; j’aurai besoin de toi car 52-ceux qui sans raison me détestent me pourchasseront comme un oiseau. 53-Ils me précipiteront dans la fosse, me jetteront des pierres.

– Maman, Moi aussi, dans ma détresse, je devrais me plaindre au Seigneur. Car, Moi, l’Innocent, Je dois vivre tout ce que les prophètes avaient annoncé, et pour délivrer le monde de ses chaînes maudites, les accepter pour Moi. Écoute encore, Maman, les gémissements du juste affligé : 59-Tu as vu, Yahvé, qu’ils me font violence: toi, fais-moi justice. 60-Tu as vu leur soif de vengeance, ce qu’ils projettent de me faire. 61-Tu as entendu leurs insultes, ce qu’ils ont comploté contre moi; 62-tu sais tout ce qu’ils préparent, ce que mes ennemis murmurent contre moi. 63-Vois: qu’ils s’asseyent ou qu’ils se lèvent, je suis l’objet de leurs moqueries. (La. 3)

Bientôt 54-Les eaux se refermeront sur ma tête, je me dirai: ”Je suis perdu!” 55-Alors j’invoquerai le nom du Seigneur, et, du fond de ma détresse, 56-Il entendra mon cri.

– Maman, c’est de Moi dont parlait le prophète quand il criait sa peine à Yahvé, quand, dans sa propre détresse, il L’implorait pour Moi: 56-Yahvé, je t’appelle, ne sois pas sourd à mon appel. 57-Tu T’es approché de moi au jour où je t’appelais et tu m’as dit: “Ne crains pas.” (La. 3)

– Oui, 58-le Seigneur, a pris ma cause en mains et m’a sauvé la vie. Aies confiance Maman, garde ta foi intacte, car tu me reverras, dans trois jours, quand Je serai ressuscité d’entre les morts.

Pour toute suggestion, toute observation ou renseignement sur ce site,
adressez vos messages à :

 voiemystique@free.fr