LA VOIE MYSTIQUE

adveniat regnum tuum

Troisième partie

Méditations sur la Passion de Jésus pendant sa vie publique
La Cène et l’Agonie

3
Avant la Pâque

Jésus est entré dans la salle du Cénacle. Les apôtres ont presque terminé la décoration. Le pain azyme est sur la table; les herbes amères sont lavées et coupées. On les fera cuire plus tard, car il est encore trop tôt. Une jarre de vin est placée le long d’un mur. Quant au petit agneau, il bêle doucement sur son coussin, dans un coin de la pièce. L’atmosphère est à la joie, et les apôtres chantent. Tout est prêt, mais il est encore trop tôt pour égorger l’agneau pascal. Que faire?

Jésus fait signe à ses disciples qui, à sa suite, vont se retirer dans un coin tranquille et frais de l’oliveraie qui jouxte la maison.

Les douze s’assoient autour de Jésus. Les langues vont bon train.

– Maître, Tu as l’air bien fatigué... remarque Jean.

– Oui, continue Judas, il faudrait bien que Tu Te distraies un peu, que Tu Te changes les idées. Que crains-Tu ? Tu n’as plus rien à redouter: tout est si calme à Jérusalem. Personne ne pense à nous en ce moment, car les habitants de Jérusalem sont trop occupés à préparer la Pâque. Fais-moi confiance, je saurai faire ce qu’il faut pour que Tu profites à plein de la fête...

– Mes amis, interrompt Jésus, vous êtes trop agités. Recueillons-nous un peu avant le repas pascal. Cette soirée est solennelle, Je l’ai longtemps désirée. Cette Pâque d’aujourd’hui est exceptionnelle: plus tard, quand Je serai retourné chez mon Père, quand vous la renouvellerez en mémoire de Moi, vous vous en souviendrez avec émotion. Soyons dans la joie, ce soir, et réjouissez-vous en vous rappelant ce qui s’est passé il y a quatre jours, et qui avait été  révélé au prophète Zacharie : 9-Réjouis-toi, Fille de Sion, lance des cris de joie, fille de Jérusalem, car voici que ton Roi vient à toi. Il t’apporte justice et victoire, il est humble, monté sur un ânon, petit d’une ânesse. (Za. 9)

7-Et je me fais le pasteur des brebis destinées aux marchands de brebis ; je prends deux bâtons, j’appelle le premier “bienveillance” et l’autre “union” et je m’occupe des brebis.” (Za. 11) Bienveillance et Union, car vous devez toujours rester unis entre vous, vous devez chasser toutes les causes de possible discorde. Partout et toujours, soyez bienveillants, fermes mais indulgents envers les pécheurs qui se convertissent.

Les apôtres approuvent: ils ont commencé à apprécier la bonté de leur Maître à leur égard...

Soudain, Judas prend la parole et dit :

– Maître, pourquoi ne continues-tu pas le texte de Zacharie, celui qui dit : 12-Je leur dis: “Si cela vous semble bon, donnez-moi mon salaire, sinon peu importe.” Et ils pèsent trente pièces d’argent qu’ils me donnent comme salaire. 13-Alors Yahvé me dit: “Jette dans le trésor cette si belle somme à laquelle ils m’ont estimé.” Je prends donc les trente pièces d’argent et je les jette dans le trésor du Temple de Yahvé. (Za. 11) Que peuvent signifier ces paroles étranges ?

Jésus regarde longuement Judas, et son regard semble tellement pénétrer dans son cœur que Judas est obligé de détourner les yeux.

– Judas ! Mon ami! Tu ne comprends pas ce que signifient ces paroles ? Pourtant, toi, tu es mieux placé que quiconque pour les comprendre !

Judas n’insiste pas et se tait, mal à l’aise.

– Ah ! reprend Jésus, demain se réaliseront aussi d’autres paroles du prophète.10-Je répandrai sur la Maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit d’amour et de confiance; ils regarderont vers celui qu’ils ont transpercé, et se lamenteront sur lui comme on fait pour un fils unique; ils le pleureront comme on pleure un premier-né. (Za. 12)

– Mes amis, priez, priez, pour ne pas entrer en tentation, car demain vous serez tous dispersés : 7-Lève-toi, épée, contre mon berger, contre l’homme avec qui je me suis lié, parole de Yahvé Sabaot. Frappe le berger, que les brebis soient dispersées, et je lèverai ma main contre leurs petits. (Za. 11)

– Priez, priez mes enfants, mes petits enfants, pour ne pas entrer en tentation. Priez, car Satan a obtenu de vous passer tous au crible ; maintenant mon temps est proche, mes heures sont comptées. 2-C’est un jour de ténèbres et d’obscurité, un jour de nuages et de sombres nuées. Voici venir comme une ombre qui s’étend sur les monts, un peuple nombreux, puissant, le peuple des démons, comme il n’y en a jamais eu et comme il n’y en aura plus dans les années et les générations à venir. 3-Devant lui, le feu dévore, et derrière lui danse la flamme; devant lui la terre semble un jardin de paradis, derrière lui c’est un désert, une solitude: rien ne lui a échappé. (Jo. 2)

13-Déchirez vos cœurs et non vos habits; revenez vers le Seigneur votre Dieu car il est tendresse et pardon, lent à la colère, riche en miséricorde: il regrette bientôt le mal qu’il a envoyé. (Jo. 2)

Les apôtres se regardent, sans comprendre. Ils voudraient bien poser des questions, mais ils se taisent: ces paroles sont dures, mais certainement elles doivent, comme celles de l’autre fois sur le pain de vie, avoir une signification cachée que le Maître donnera un jour prochain.

– Nous avons encore une bonne heure avant de commencer la fête, dit Jésus. J’aimerais que vous vous recueilliez un moment, comme Je vous l’ai appris. Moi, Je reste ici; vous, allez vous asseoir un peu plus loin, en silence, séparés les uns des autres. Méditez mes paroles, et vous trouverez Dieu.

Pour toute suggestion, toute observation ou renseignement sur ce site,
adressez vos messages à :

 voiemystique@free.fr