VOIE VERS DIEU

adveniat regnum tuum

     
 

 

Mieux connaître Marie

   
   
   
 

Paulette Leblanc

27

Les mages
 

Notre monde, au début du XXIe siècle, nous bouleverse tous, tous autant les uns que les autres. Il nous faut donc prier Notre Seigneur, pour tous nos amis douloureux, pour le salut des pauvres petits enfants à qui on enseigne le vice, et cela même dans nos écoles. Notre cœur pleure avec le Cœur de Dieu quand nous voyons la débâcle de notre civilisation ex-chrétienne. On a chassé Dieu, et Dieu nous laisse à nous-mêmes puisque nous ne voulons plus de Lui... Réfléchissons: nous nous plaignons, mais n'en était-il pas déjà ainsi dans les temps qui précédèrent Jésus? Nous souvenons-nous du sort des habitants de la terre à l'époque de Noé et de ceux de Sodome et de Gomorrhe. Ils vivaient déjà ce que nous vivons actuellement et Dieu les avait durement punis... Et nous?

Nous, nous sommes profondément troublés, et nous ne pouvons pas nous empêcher de rapporter ici quelques phrases du Psaume 53 (54) qui est comme le résumé de ce que notre monde vit aujourd'hui. C'est tellement surprenant que nous en demeurons comme muets :

“L'insensé dit dans son cœur : 'Il n'y a pas de Dieu!' Ils sont corrompus, ils commettent des crimes abominables; il n'en est aucun qui fasse le bien.

Dieu, du haut des cieux, regarde les fils de l'homme, pour voir s'il se trouve quelqu'un d'intelligent, quelqu'un qui cherche Dieu. Tous sont égarés, tous sont pervertis; il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul. N'ont-ils pas de connaissance ceux qui commettent l'iniquité ? Ils dévorent mon peuple comme ils mangent du pain, ils n'invoquent point Dieu ! Ils trembleront tout à coup d'épouvante, sans qu'il y ait sujet d'épouvante; car Dieu a dispersé les os de celui qui campait contre toi. (Israël) Tu les as confondus, (les ennemis d'Israël) car Dieu les a rejetés”.

 

“Oh! puisse venir de Sion (de l'Église) la délivrance d'Israël! Quand Dieu ramènera les captifs de son peuple, Jacob se réjouira, Israël sera dans l'allégresse”. (Psaume 53 - Vulg. LII)

 

Nous devons prier beaucoup et travailler pour que les hommes retrouvent Dieu, et L'aiment, ce qui signifie qu'il faut d'abord qu'ils Le connaissent. Connaître le Messie, connaître Dieu qui s'incarne, c'est ce que les mages ont su faire. Imitons-les.

27-1-L'arrivée des mages à Jérusalem

La vie se poursuit pour Marie et Joseph, toute simple mais si heureuse, et le plus souvent, à Bethléem. Les événements qui avaient tant ému les habitants de Bethléem et ce qui s'était passé au Temple, au sujet de Jésus, étaient-ils arrivés aux oreilles des autorités ? Il ne semble pas car, comme nous l'avons déjà vu, saint Matthieu rapporte dans son Évangile : "Jésus étant né à Bethléem de Judée, aux jours du roi Hérode, voici que des mages d'Orient arrivèrent à Jérusalem, disant: " Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile à l'orient et nous sommes venus l'adorer. Ce que le roi Hérode ayant appris, il fut troublé, et tout Jérusalem avec lui." (Matthieu 2, 1 à 3)

Il y a dans l'histoire des peuples des choses étonnantes et incompréhensibles. Ainsi, la naissance de Jésus, qui ébranla une grande partie de la population de Bethléem, et de nombreuses personnes fort connues au Temple de Jérusalem, semble être passée totalement inaperçue des autorités. Il faut dire que le couple formé par Joseph et Marie semblait bien insignifiant... Quant aux bergers, inutile d'en parler. Et les docteurs du Temple de Jérusalem, qui avaient revu une de leurs anciennes élèves devenue maman, étaient restés assez discrets malgré les prophéties de Siméon et d'Anne. Il faut toujours être prudent, n'est-ce pas, d'autant plus que la petite Marie et son bébé avaient semblé bien ordinaires. Donc, on ne fait pas de bruit: on verra bien...

Mais quand ce furent des savants venus d'Orient qui parlèrent de la venue du Messie, annoncée par une étoile, là il fallait faire attention. Aussi, le roi Hérode "rassembla-il tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et il s'enquit auprès d'eux où devait naître le Christ. Ils lui dirent: 'À Bethléem de Judée, car ainsi a-t-il été écrit par le prophète: et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es pas la moindre parmi les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui paîtra Israël, mon peuple'." (Matthieu 2, 4 à 6) Fort de ces informations, le roi Hérode fit venir "secrètement les mages, et s'enquit avec soin auprès d'eux du temps où l'étoile était apparue. Et il les envoya à Bethléem en disant : 'Allez, informez-vous exactement au sujet de l'enfant, et lorsque vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que moi aussi j'aille l'adorer.' Ayant entendu les paroles du roi, ils partirent." (Matthieu 2, 7 à 9)

Ici on peut se demander pourquoi Hérode convoqua les mages "en secret". Aurait-il voulu, compte tenu de son trouble et de ses craintes, éviter que l'information de la naissance du vrai roi d'Israël, se répandît alentour? Il s'informe également de la date, même approximative, de l'apparition de l'étoile. Veut-il connaître l'âge de l'Enfant? Et pourquoi? N'a-t-il pas déjà la volonté de se débarrasser de ce personnage encombrant qui pourrait lui nuire, à lui et à sa dynastie? Les mages ayant répondu sans méfiance et très clairement à toutes ses questions, le roi Hérode insista pour qu'ils repassent le voir, afin de lui indiquer l'endroit exact, où se trouvait l'Enfant, afin qu'il puisse, lui aussi, aller l'adorer... Quelle perversité!

Les mages ont quitté Jérusalem et se dirigent vers Bethléem. Ils ont été profondément troublés par l'attitude du roi Hérode. Comment... le roi qu'ils viennent de rencontrer n'est pas au courant de la naissance du Roi des juifs? Il a même dû réunir tous les grands-prêtres et les scribes pour savoir où devait naître ce Roi... Il y a là quelque chose de pas très clair et les mages sont inquiets. Ce sont des savants habitués à toujours se poser des questions quand, dans leurs travaux d'astronomes, ils découvrent des étoiles nouvelles; c'est d'ailleurs à cause d'une nouvelle et particulièrement belle étoile qu'ils sont ici, en marche vers Bethléem. Mais où est-elle donc passée cette étoile si magnifique qui leur a annoncé cette naissance si glorieuse. Le message qu'ils avaient reçu était pourtant bien clair, et  chacun des mages avait reçu le même. Chacun des trois mages, qui étaient de pays différents et ne se connaissaient pas avant leur rencontre, loin d'ici, à un grand carrefour de routes, avait reçu le même avertissement et la même nouvelle. Ils avaient ainsi pu mettre en commun leurs réflexions au sujet de l'étoile nouvelle et du message reçu, et ils avaient constaté qu'ils avaient eu la même information, dans un contexte stellaire identique. Aucun d'entre eux ne s'était trompé. Quelle joie ce fut pour ces savants qui cherchaient Dieu!

27-2-Les mages et l'Enfant Jésus

Les mages marchaient vers Bethléem au rythme de leurs chameaux. Ils discutaient sur l'attitude d'Hérode et soudain, ils virent que l'étoile était revenue... Elle était là, ils la voyaient dans sa magnificence. Mais, surprise! Elle était beaucoup plus bas dans le ciel, comme si elle voulait leur indiquer quelque chose: " Et voilà que l'étoile qu'ils avaient vue à l'orient allait devant eux, jusqu'à ce que, venant au-dessus du lieu où était l'enfant, elle s'arrêta. À la vue de l'étoile, ils eurent une très grande joie." (Matthieu 2, 10) Pleins d'un bonheur intense, les mages poursuivirent leur chemin pendant quelques minutes, mais l'étoile s'arrêta devant une petite maison. La porte était ouverte, et, sur un signe très amical de la maîtresse de maison qui semblait les attendre, "ils entrèrent dans la maison, trouvèrent l'enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils l'adorèrent; puis, ouvrant leurs trésors, ils lui offrirent des présents: de l'or, de l'encens et de la myrrhe." (Matthieu 2, 11 et 12)

L'arrivée et surtout l'arrêt d'une caravane aussi luxueuse et princière que celle des mages dans la petite ville de Bethléem ne pouvait pas passer inaperçue. Joseph quitta son atelier pour voir ce qui se passait: il ne voulait pas que quelque chose arrivât à son Petit! Les mages lui sourirent et Joseph put admirer les magnifiques cadeaux qu'ils venaient de déposer aux pieds du petit Enfant. Joseph s'étonna encore plus lorsqu'il vit Jésus, qui parlait à peine, bavarder avec ces visiteurs impressionnants et les appeler chacun par son nom. Ainsi Joseph sut qu'ils s'appelaient, Gaspar, Balthazar et Melchior. Le temps passait vite: beaucoup de personnes de Bethléem, averties par le bruit des chameaux, venaient voir ce qui arrivait et elles se renseignaient... Elles avaient ainsi la preuve que les bergers avaient dit vrai: l'étoile des mages était apparue exactement au moment où les bergers avaient été avertis par des anges, de la naissance de Celui qui serait le Messie tant attendu...

27-3-Le départ des mages

Et le Messie sauverait le monde! Ainsi l'Enfant qui était devant eux, n'était pas un roi ordinaire. Il était bien plus que le Roi des juifs, mais les mages ne savaient pas encore de quel Royaume il serait Roi. Ils comprenaient maintenant l'inquiétude d'Hérode, tout en s'étonnant encore de son manque d'information. Le temps passait vite; la nuit était tombée... Aussi les mages furent-ils invités à passer la nuit dans la plus belle auberge de Bethléem, ce qu'ils acceptèrent avec joie. Le lendemain, dans le courant de la matinée ils retournèrent voir le petit Enfant pour lui dire au revoir. Ils avertirent ses parents qu'ils devaient être très prudents, car, "ils avaient été avertis en songe de ne point retourner vers Hérode. Aussi regagnèrent-ils leur pays par un autre chemin."  (Matthieu 2, 12)

La vie de Marie et de Joseph allait bientôt être gravement bouleversée. Mais, pour l'instant, ils regardaient les cadeaux des mages. Ils ne comprenaient pas très bien à quoi ils leur serviraient, mais comme ils avaient été apportés d'une manière si spéciale, ils décidèrent de les conserver. D'ailleurs, ces cadeaux étaient un autre signe de la conception miraculeuse de Jésus: l'encens n'était destiné qu'à Dieu; l'or c'était pour le Roi qu'il serait, plus tard. Par contre, la myrrhe leur posait problème: qui allait mourir chez eux? Marie repensa à la parole du vieux Siméon, mais elle ne dit rien: il ne fallait pas affoler Joseph...

   

 

Pour toute suggestion, toute observation ou renseignement sur ce site,
adressez vos messages à :

 voiemystique@free.fr