CHEMIN DE SAINTETÉ

adveniat regnum tuum

Le Château intérieur
OU LES DEMEURES

de sainte Thérèse d’Avila

Sixièmes DEMEURES
CHAPITRE
VIII

Comment Dieu se communique à l’âme par la vision intellectuelle, et donne quelques avis. Des effets de cette vision quand elle est vraie, et du secret qu’il faut garder sur ces faveurs.

1       Pour que vous vous voyez plus clairement, mes sœurs, la vérité de ce que je vous ai dit, et que plus une âme progresse, plus elle vit dans la compagnie de ce bon Jésus, il conviendra de dire comment, lorsque Sa Majesté le veut, il nous est impossible de suivre notre chemin autrement qu’avec Elle : on le voit claire-

ment d’après les façons et manières qu’emploie Sa Majesté pour se communiquer à nous et nous témoigner l’amour qu’Elle nous porte par quelques admirables apparitions et visions. Au cas où Dieu vous accorderait l’une de ces faveurs, n’en soyez pas effrayées ; je vais vous résumer quelques-unes de ces choses, si le Seigneur consent à ce que j’y réussisse, afin que même s’il ne nous les accorde pas personnellement, nous le louions très haut de bien vouloir se communiquer ainsi à l’une de ses créatures, Lui qui a tant de majesté et de puissance.

2       Alors que l’âme ne songe pas qu’on puisse lui accorder cette faveur que jamais elle n’a pensé mériter, il lui arrive de sentir près d’elle Jésus-Christ Notre- Seigneur, sans toutefois le voir ni des yeux du corps ni de ceux de l’âme. On appelle cela une vision intellectuelle, je ne sais pourquoi. La personne à qui Dieu fit cette faveur, ainsi que d’autres dont je parlerai plus avant, je l’ai vue fort ennuyée au début ; elle ne comprenait pas ce qu’il en était parce qu’elle ne voyait rien, mais elle était si certaine que Jésus-Christ Notre-Seigneur se montrait affectueusement à elle de cette façon qu’elle ne pouvait en douter, je dis bien qu’elle ne pouvait douter de cette vision. Elle se demandait si elle venait de Dieu ou non, et malgré les grands effets qui l’accompagnaient et lui faisaient comprendre qu’il s’agissait de Dieu, elle avait encore peur ; jamais elle n’avait entendu parler de vision intellectuelle ni songé que cela existât ; mais il était très clair pour elle que c’est ce Seigneur qui lui parlait fort souvent, de la manière que j’ai dite ; jusqu’au jour où il lui fit cette faveur elle n’avait jamais su qui lui parlait, bien qu’elle comprît les paroles.

3       Je sais qu’effrayée par cette vision (qui se prolonge plusieurs jours, et même parfois pendant plus d’un an, contrairement à la vision imaginaire qui s’évanouit vite), elle alla trouver son confesseur, fort inquiète. Il l’interrogea : puisqu’elle ne voyait rien, comment pouvait-elle savoir que c’était Notre-Seigneur ? Et il lui demanda quel visage il avait. Elle lui dit qu’elle n’en savait rien, qu’elle ne voyait pas de visage, qu’elle ne pouvait rien ajouter, qu’elle savait seulement qu’il lui parlait, et que ce n’était pas une idée qu’elle se faisait. Bien qu’on l’effrayât fort, il était encore très fréquent qu’elle ne puisse avoir de doutes, surtout quand il lui disait : " N’aie pas peur, c’est moi ". Telle était la puissance de ces paroles qu’aucun doute ne pouvait alors subsister, elle restait vaillante et joyeuse, en si bonne compagnie ; elle voyait clairement combien cela l’aidait à vivre dans l’habituelle pensée de Dieu et la grande préoccupation de ne rien faire qui Lui déplaise, car il lui semblait qu’il la regardait sans cesse. Et toujours, quand elle voulait s’adresser à Sa Majesté dans l’oraison, et même sans cela, Dieu lui semblait si proche qu’elle ne pouvait manquer de l’entendre ; toutefois elle n’entendait pas de paroles quand elle le voulait, mais inopinément, quand c’était nécessaire. Elle sentait la présence du Seigneur à sa droite, pas à l’aide des sens qui nous font percevoir quelqu’un à côté de nous, mais par une voie plus subtile, qu’on ne doit pas pouvoir définir, aussi certaine, et qui apporte même une bien plus grande certitude ; car on pourrait, ici-bas, se forger des idées, mais point en ce qui nous apporte des gains et effets intérieurs qui seraient inconcevables s’il s’agissait de mélancolie ; le démon lui non plus ne ferait pas tant de bien, l’âme ne vivrait pas dans une telle paix, dans le si constant désir de contenter Dieu, avec tant de mépris pour tout ce qui ne la rapproche pas de lui. On comprit plus tard qu’il ne s’agissait pas du démon, ce fut démontré de plus en plus clairement.

4       Malgré tout, je sais qu’elle était par moments fort craintive, ou dans une immense confusion, puisqu’elle ne savait pas d’où pouvait lui venir tout ce bien (Autobiographie, chap. 27). Comme nous ne faisons qu’une, elle et moi, rien ne se passait dans son âme que je puisse ignorer, je puis donc être un bon témoin et vous pouvez croire que tout ce que je dis à ce propos est vrai. Cette faveur du Seigneur apporte avec elle une confusion et une humilité infinies. Si elle venait du démon, ce serait tout le contraire. Et comme, notoirement, cela vient de Dieu, nul effort humain ne pourrait nous la faire éprouver ; l’âme qui la reçoit ne peut absolument pas penser que cette faveur lui appartient en propre, mais qu’elle lui est donnée par la main de Dieu. Et bien qu’à mon avis certaines des faveurs dont j’ai parlé soient plus importantes, celle-ci apporte une connaissance particulière de Dieu, il naît de cette compagnie constante un amour infiniment tendre pour Sa Majesté, et, comparé à ce que j’ai déjà dit, le désir encore plus vif de se consacrer tout entière à la servir, joint à une grande limpidité de conscience ; cette présence auprès d’elle rend l’âme attentive. Car bien que nous sachions que Dieu voit tout ce que nous faisons, notre nature est telle que nous négligeons d’y penser : l’âme dont nous parlons ne peut le négliger, le Seigneur qui est auprès d’elle la tient en éveil. Et les faveurs dont nous avons parlé sont même beaucoup plus fréquentes, puisque l’âme vit à peu près constamment dans l’amour actuel de celui qu’elle voit ou sent auprès d’elle.

5       Enfin, l’âme reconnaît aux profits qu’elle obtient l’immensité de cette grâce et son très grand prix, elle est reconnaissante au Seigneur qui la lui accorde alors qu’elle ne la mérite point, et elle ne l’échangerait contre aucun trésor ni délice du monde. Donc, quand il plaît au Seigneur de la lui retirer, elle se sent fort seule, mais toute la diligence qu’elle pourrait déployer pour retrouver cette compagnie ne lui sert guère ; le Seigneur l’accorde quand Il veut, on ne peut l’acquérir. Parfois, aussi, c’est la compagnie d’un saint, qui lui est également fort profitable.

6       Vous demanderez comment on comprend quand c’est le Christ, sa Mère très glorieuse, ou un saint, puisqu’on ne voit rien. L’âme ne saurait le dire, elle ne peut comprendre comment elle le comprend, mais elle en a l’immense certitude. Cela semble déjà plus facile lorsque le Seigneur parle ; mais le saint qui ne parle pas, et qui paraît avoir été placé là par le Seigneur pour aider cette âme, est plus surprenant. Il en est ainsi d’autres choses spirituelles qu’on ne saurait exprimer, mais qui nous montrent combien notre nature est basse quand il s’agit de comprendre les grandes grandeurs de Dieu, puisque ses faveurs mêmes nous sont incompréhensibles ; reste à qui les reçoit de vivre dans l’admiration de Sa Majesté et sa louange ; que cette âme remercie particulièrement Dieu de ces grâces, il ne les accorde pas à tout le monde, elle doit les estimer hautement et chercher à mieux servir Dieu, qui l’y aide de tant de façons. C’est pourquoi cette âme ne s’en prisera pas davantage, elle se jugera même la personne du monde la moins utile au service de Dieu ; il lui semblera toutefois qu’elle y est plus obligée que quiconque, la moindre de ses fautes lui transperce les entrailles, à bien juste titre.

7       Ces effets produits sur l’âme dont je viens de parler pourront aider n’importe laquelle d’entre vous que le Seigneur conduirait par cette voie à comprendre qu’il ne s’agit pas d’un leurre ni d’une idée qu’elle se forgerait ; car, comme je l’ai dit, je ne crois pas qu’il soit possible que cette faveur se prolonge ainsi si elle vient du démon, qu’elle soit si notoirement profitable à l’âme et qu’elle l’amène à vivre dans une telle paix intérieure ; ça n’est pas dans ses habitudes, et même s’il le voulait quelqu’un de si mauvais ne peut faire tant de bien ; il y aurait bientôt des fumées d’amour-propre, cette âme se croirait meilleure que les autres. Tandis que la vue d’une âme toujours si fortement attachée à Dieu qu’il occupe seul sa pensée causerait au démon une telle rage que même s’il essayait, il ne recommencerait pas souvent ; et Dieu est si fidèle qu’il ne lui permettrait pas d’en user si librement avec l’âme qui ne prétend à rien d’autre qu’à plaire à Sa Majesté, à exposer sa vie pour son honneur et sa gloire, mais Elle ordonnerait bientôt de la détromper.

8       Ma marotte est et sera de dire qu’à condition que l’âme, comme je l’ai marqué ici, : se conforme aux effets que ces faveurs de Dieu produisent en elle, même si Sa Majesté permettait parfois au démon de l’assaillir, Elle lui donnera la victoire, et il sera confondu. Donc, mes filles, si l’une d’entre vous suivait ce chemin, ne vivez pas dans l’épouvante. Il est bon d’avoir des craintes, et de mieux nous tenir sur nos gardes ; ne soyez pas trop confiantes, car favorisées comme vous l’êtes, vous risqueriez d’être négligentes : ce serait le signe que les faveurs ne viennent pas de Dieu, si vous ne voyiez pas en vous les effets dont j’ai parlé. Il est bon que vous vous en ouvriez au début en confession à un fort bon théologien, ce sont eux qui doivent nous éclairer, ou, à défaut, à une personne de grande spiritualité ; au cas où elle ne le serait point, le très bon théologien est préférable ; si vous le pouvez, parlez en à l’un et à l’autre. Et s’ils vous disaient que vous vous faites des idées, ne vous inquiétez pas, les idées ne peuvent guère faire de bien ou de mal à votre âme, recommandez-vous à la divine Majesté, demandez-lui de ne pas permettre qu’on vous trompe. S’ils vous disaient que cela vient du démon, votre épreuve sera plus grave ; un bon théologien ne vous le dira pas, si les effets indiqués existent ; s’il le disait, je sais que le Seigneur lui-même, qui vous accompagne, vous consolera et vous rassurera, et il donnera ses lumières au théologien pour qu’il vous les transmette.

9       S’il s’agit de quelqu’un qui, bien qu’homme d’oraison, n’est pas conduit par le Seigneur par la même voie que vous, il s’en étonnera et la condamnera. C’est pourquoi je conseille de le choisir très docte, en même temps, si possible, que d’une grande spiritualité ; la prieure devra vous y autoriser, car bien qu’une vie excellente montre que l’âme est en sûreté, la prieure est obligée de lui permettre de s’ouvrir à quelqu’un, pour qu’elles soient rassurées toutes les deux. Quand elle aura vu ces personnes, qu’elle s’apaise et cesse de faire part de ce qui lui advient ; car il arrive que sans qu’il y ait lieu d’avoir peur, le démon inspire des craintes si excessives que l’âme est persécutée et tourmentée (Autobiographie, chap. 28). Elle croit que tout a été tenu secret, et découvre que c’est public ; il s’ensuit pour elle de pénibles épreuves qui pourraient atteindre l’Ordre, étant donné les temps que nous vivons. Il faut donc être fort avisée, je le recommande vivement aux prieures.

10     Mais la prieure ne doit pas imaginer que la sœur qui reçoit ces choses vaut mieux que les autres : le Seigneur conduit chacune d’elles de la manière qui lui semble utile. Elles la prédisposent à devenir une grande servante de Dieu, si elle s’aide elle-même, mais il arrive que Dieu conduise les plus faibles dans cette voie. Il n’y a donc nul motif d’approuver ni de condamner, mais de considérer les vertus ; la plus sainte de toutes sera celle qui servira Notre-Seigneur avec le plus de pénitence, d’humilité et de pureté de conscience, mais on ne peut guère s’en assurer ici-bas, jusqu’à ce que le véritable Juge donne à chacun selon ses mérites. Nous nous étonnerons alors de voir combien son jugement diffère de nos opinions d’ici-bas. Qu’il soit loué à jamais. Amen.

   

Pour toute suggestion, toute observation ou renseignement sur ce site,
adressez vos messages à :

 voiemystique@free.fr