CHEMIN DE SAINTETÉ

adveniat regnum tuum

 

La spiritualité de sainte Mechtilde
d’après le Livre de la Grâce spéciale

 

8-Mechtilde et la mort

Mechtilde eut parfois la vision d’âmes récemment décédées. Ces visions furent souvent l’occasion pour elle de recevoir des enseignements précieux.

        8-1-Remarques au sujet de l’abbesse Gertrude de Hackeborn, sœur de sainte Mechtilde

Dame Gertrude, sœur, selon la chair, de Mechtilde de Hackeborn, devint l’Abbesse du monastère d’Helfta à l’âge de dix-neuf ans. La sixième partie du livre de la Grâce spéciale lui est en partie consacrée. Mechtilde fut favorisée de nombreuses visions qui lui montraient comment sa sœur l’Abesse se prépara à la mort, assistée par de nombreux anges. Mechtilde vit également ce qui se passait pour l’âme de l’Abbesse au moment de sa mort et après sa mort quand elle était entrée dans la gloire. Elle laissa à sa sœur Mechtilde ce conseil précieux:

 Lorsque l’amour de la divinité s’élance impétueux dans l’âme pour la pénétrer, il le fait avec une douceur si puissante qu’il devient impossible à la créature de le contenir. (Le Livre de la Grâce spéciale, sixième partie)

À plusieurs reprises Mechtilde pria pour des morts; mais ils n’avaient déjà plus besoin de ce secours. Leur gloire, c’est-à-dire leur présence dans l’amour de Dieu, lui fut manifestée par le Seigneur. C’est ainsi que sa sœur selon la chair, l’abbesse Gertrude de Hackeborn, lui déclara :

 Ma prière est désormais plus efficace, plus utile et plus fructueuse qu’au temps de ma vie... Il en est ainsi parce que la prière, même après la mort du juste qui l’a faite, jamais ne périt ni ne meurt... D’où l’on peut conclure que si l’on donnait à ses désirs une intention qui s’étendrait à tous les siècles, c’est-à-dire si l’on voulait vivre et se perfectionner jusqu’à la fin du monde pour l’amour et la gloire de Dieu, en priant, travaillant et souffrant afin de secourir les vivants et les âmes du purgatoire, on verrait sûrement Dieu accepter ce vœu comme l’acte lui-même. (Le Livre de la Grâce spéciale, sixième partie, chapitre I, 1)

        8-2-Les morts prématurées

Le jour anniversaire de la mort du comte de Lansfeld, Burchard, fondateur du monastère d’Helfta en 1229, Mechtilde vit cette âme devant Dieu; elle vit aussi plusieurs personnes qui avaient participé à cette fondation. Plus tard, elle vit également l’âme du jeune Burchard XII de Mansfeld, mort en 1294, à l’âge de dix-neuf ans. Elle demanda au Seigneur la cause de sa mort prématurés. Le Seigneur lui répondit:

– Ne sais-tu pas que les œuvres bonnes accomplies par un homme en état de péché mortel sont de nulle valeur?

– À quoi lui servent les éloges que les hommes font maintenant, de ses qualités, de sa bonté?...

– Toutes les fois que les hommes sur la terre célèbrent ses vertus et l’innocence de sa vie, tous les saints me rendent un hommage particulier pour les vertus naturelles dont j’avais orné son âme...

Et trois mois après sa mort, l’âme ajouta, dans une autre vision :

 Je désire que l’on sache le bien que Dieu a fait à mon âme en la retirant du siècle. (Le Livre de la Grâce spéciale, cinquième partie, chapitres X et XI,  11 et 12)

Une petite fille vint à mourir dans la deuxième année de son âge; comme Mechtilde s’étonnait le Seigneur expliqua :

 Elle était si aimable qu’il n’était pas opportun pour elle de rester sur la terre. De plus, son père après la mort de sa fille aînée aurait annulé le vœu de sa mère et l’aurait gardée pour le siècle. (Le Livre de la Grâce spéciale, cinquième partie, chapitres XII,  14)

        8-3-Vision d’autres âmes

Sainte Mechtilde “vit” de nombreuses âmes de morts. Nous ne donnerons ici que quelques exemples.

Il y avait dans le couvent une autre sœur Mechtilde [1], dont l’âme, après sa mort, apparut à notre sainte Mechtilde sous la forme d’une très belle vierge. Cependant cette sœur attendait encore son entrée dans la gloire; elle ne devait l’obtenir qu’au moment où se ferait pour elle, à la messe, l’oblation de l’hostie. (Le Livre de la Grâce spéciale, cinquième partie, chapitre III, 3) Voir Annexe 1

Mechtilde vit aussi les âmes de Dom Albert et du Frère Thomas [2], d’illustre mémoire... On voyait briller en ces docteurs la clarté des anges, les mérites des prophètes, la dignité suréminente des apôtres, la gloire triomphale des martyrs, la doctrine de sainteté des confesseurs, enfin la glorification de tous les saints. Voir annexe 2. (Le Livre de la Grâce spéciale, cinquième partie, chapitre IX, 10)

Le salut des grands pécheurs. La miséricorde

Mechtilde réfléchissait sur les vertus de la fontaine de la Trinité et sur les dons qui en coulaient: le Seigneur lui dit :

 Viens, et considère le plus petit de ceux qui sont au ciel, alors tu connaîtras la source de miséricorde.

Et devant Mechtilde se présenta un homme habillé de vert, de petite taille, et merveilleusement beau. L’homme lui dit :

 Sur la terre, j’étais un voleur et un bandit, et je n’ai jamais rien fait de bien.

 Alors comment es-tu entré ici, dans la joie?

 Ce que j’ai fait de mal, ce n’était pas par méchanceté, mais comme par habitude, ne sachant rien de mieux, car j’avais été ainsi élevé par mes parents. Au dernier moment le repentir m’a obtenu la miséricorde divine. J’ai passé cent années dans le lieu des peines; j’y ai souffert beaucoup de tourments; et maintenant par la seule et gratuite bonté de Dieu, j’ai été amené ici, dans le repos éternel. (Le Livre de la Grâce spéciale, première partie, chapitre XXXIII, 58)

        8-4-La délivrance des âmes-Prier pour les morts

Une fois, pendant qu’elle priait pour les âmes du purgatoire, le Seigneur lui dit:

 Récite pour elles le “Pater” en union avec l’intention que j’eus en le tirant de mon Cœur pour l’enseigner aux hommes... (Le Livre de la Grâce spéciale, cinquième partie, chapitres XVIII, 21)

Plus tard le Seigneur ajouta :

 Quiconque, par un sentiment de compassion ou de charité, intercède pour un mort, aura part à tout le bien qui s’accomplit dans l’Église pour ce défunt, et au jour où il sortira lui-même de ce monde, il trouvera ce bien déjà préparé pour le soulagement et le salut de son âme. (Le Livre de la Grâce spéciale, cinquième partie, chapitres XIX, 22)

Ce même jour Jésus l’emmena pour lui montrer le purgatoire et les tourments qu’on y souffre. Elle vit certaines âmes qui semblaient sortir de l’eau, nues et ruisselantes; elle en vit d’autres qui sortaient du feu, horriblement brûlées et noircies. Pendant qu’elle priait, ces âmes sortaient de leurs tourments, reprenaient la forme et l’état qu’elles avaient sur la terre, et passaient dans ce beau jardin d’où les premières âmes avaient été tirées.

Pendant sa prière, elle vit une fois l’enfer ouvert sous ses pas, et dans le gouffre, la misère, l’horreur infinie... Elle demanda :

 Ô Seigneur, qui sont ces infortunés?

 Ce sont ceux qui n’ont jamais pensé doucement à moi pendant une seule heure.

Elle vit aussi le purgatoire où il y avait autant de tourments que de vices dont les âmes s’étaient faites les esclaves sur la terre... Ces âmes souffraient dans le purgatoire la peine qu’avait méritée leur vice préféré. Mais lorsque celle-ci eut prié pour elles, le Seigneur en délivra un grand nombre. (Le Livre de la Grâce spéciale, 5ème partie, chapitres XX, 23) 


[1] Probablement Mechtide de Magdeboiurg.
[2] Il s’agit du Bienheureux Albert le Grand qui mourut en 1280 et de saint Thomas d’Aquin mort en 1274. Saint Thomas d’Aquin fut canonisé en 1325. Le culte d’Albert de Grand ne fut autorisé par le pape Grégoire XV, pour le diocèse de Ratisbonne, qu’en 1622.

    

Pour toute suggestion, toute observation ou renseignement sur ce site,
adressez vos messages à :

 voiemystique@free.fr