LA VOIE MYSTIQUE

adveniat regnum tuum

sainte
CATHERINE DE SIENNE
dominicaine, auteur mystique
et Docteur de l'Église
(1347-1380)

INDEX

TRAITÉ DE LA PRIÈRE

CII

Comment on doit reprendre le prochain sans tomber dans de faux jugements.

CIII

Celui qui voit une âme pleine de ténèbres ne doit pas en conclure qu'elle est en péché mortel.

CIV

On ne doit pas prendre pour fondement de l'âme la pénitence, mais l'amour de la vertu.

CV

Résumé des choses précédentes.- Explication sur la correction du prochain.

CVI

Des signes qui font connaître si les visites et les visions spirituelles viennent de Dieu ou du démon.

CVII

Dieu satisfait aux désirs de ses serviteurs.- Combien lui sont agréables ceux qui frappent avec persévérance à la porte de la Vérité.

CVIII

L'âme rend grâces à Dieu et prie pour le monde, et en particulier pour le corps mystique de la sainte Église.

CIX

Dieu sollicite l'âme à la prière et répond à quelques-unes de ses demandes.

CX

De la dignité des prêtres.- De la sainte Eucharistie, et de ceux qui la reçoivent dignement ou indignement.

 

 

TRAITÉ DE LA PRIÈRE

CII

Comment on doit reprendre le prochain sans tomber dans de faux jugements.

1.     Ma fille bien-aimée, écoute maintenant, afin que tu puisses mieux comprendre ce que tu me demandais. Je t'ai parlé de la lumière générale que vous devez tous avoir, dans quelque état que vous soyez, dès que vous êtes dans la charité commune. Je t'ai dit que ceux qui étaient dans la lumière parfaite l'avaient de deux manières : les uns se séparent du monde et s'appliquent à mortifier leurs corps ; les autres mettent tous leurs soins à tuer leur volonté ; ce sont les parfaits qui se nourrissent à la table du saint désir.

2.      Maintenant je te parlerai plus particulièrement, et en te parlant je parlerai aux autres et je satisferai ton désir. Je veux surtout que, tu fasses trois choses, afin que l'ignorance n'empêche pas la perfection à laquelle je t'appelle. Il ne faut pas que, le démon, sous le manteau de la charité du prochain, nourrisse en toi la racine de la présomption pour te faire tomber dans les faux jugements que je t'ai défendus. Tu croirais juger bien et tu jugerais mal, si tu suivais tes impressions, et le démon te ferait souvent voir beaucoup de vérités pour te conduire au mensonge. Cela t'arriverait si tu te faisais juge des pensées et des intentions des créatures raisonnables ; car comme je te l'ai dit, je dois seul les juger.

3.     C'est là une des trois choses que je te recommande d'observer. Je veux que tu ne juges personne sans une règle, et je veux que cette règle soit celle-ci : A moins que je ne t'aie manifesté clairement, non seulement une ou deux fois, mais plusieurs fois, le défaut de ton prochain, tu ne dois pas reprendre particulièrement celui en qui tu crois voir ce défaut, mais tu dois reprendre d'une manière générale les vices de celui qui. vient te visiter, et lui prêcher la vertu avec, charité et douceur, en n'ajoutant la sévérité à la douceur que si tu en vois le besoin.

4.      S'il te semble que je t'ai montré souvent les défauts de quelqu'un, mais si tu ne vois pas que ce soit une révélation formelle, comme je te l'ai dit, tu ne dois pas le reprendre particulièrement ; tu dois suivre la voie la plus sûre, afin d'éviter les pièges et la malice du démon qui pourrait te prendre par l'amorce du désir, en te faisant souvent voir dans le prochain ce qui n'y serait pas ; tu pourrais ainsi te scandaliser injustement.

5.     Que ta bouche garde donc le silence, ou qu'elle parle seulement de la vertu pour combattre le vice ; et quand tu croiras reconnaître dans les autres un défaut, reprends-le aussi en toi-même par un acte d'une sincère humilité. Si ce défaut est véritablement dans cette personne, elle se corrigera mieux, en se voyant si doucement reprise, et tes avis lui seront plus profitables, en te disant à toi-même ce que tu voulais dire. Tu seras plus tranquille toi-même et tu auras repoussé le démon, qui ne pourra pas te tromper et empêcher la perfection de ton âme.

6.     Je veux que tu saches que tu ne dois pas te fier à ce que tu vois ; il vaut mieux détourner la tête et tâcher de ne rien voir ; mais il faut seulement persévérer dans la vue et la connaissance de toi-même, et dans celle de ma bonté et de ma générosité envers toi. Ainsi font, ceux qui sont arrivés au dernier état dont je te parle. Ils retournent toujours à la vallée de la connaissance d'eux-mêmes. Cela n'empêche pas leur élévation et leur union avec moi. C'est là une des trois choses que je t'ai dit que je voulais te voir faire pour que tu me serves en vérité.

CIII

Celui qui voit une âme pleine de ténèbres ne doit pas en conclure qu'elle est en péché mortel.

1.     Voici maintenant la seconde explication : si, en priant particulièrement pour deux âmes, tu vois dans l'une la lumière de ma grâce que tu ne vois pas dans l'autre, quoique les deux me soient fidèles, il ne faut pas conclure des ténèbres de l'âme éprouvée que son état vient de quelque faute ; car souvent ton jugement pourrait être faux. Quelquefois, en priant pour quelqu'un tu trouveras en lui une lumière et un désir de moi si saint, qu'il te semblera que ton âme s'engraisse de sa vertu, comme le veut l'ardeur de la charité qui fait participer chacun au bien des autres. Une autre fois au contraire, son âme te semblera éloignée de moi et si pleine de ténèbres et de tentations, que ce te sera une fatigue d'offrir pour elle tes prières devant moi. Il pourra se faire que cet état vienne de quelque défaut de celui pour qui tu pries. Mais le plus souvent ce ne sera pas la punition d'une faute, mais l'effet d'une de ces privations que j'envoie souvent pour faire parvenir à la perfection, ainsi que je te l'ai dit en te parlant des états de l'âme.

2.      Je me serai retiré par sentiment et non par grâce. L'âme ne sentira plus de douceur et de consolation ; elle sera plongée dans la sécheresse, l'aridité, la peine ; et cette peine, je la fais sentir à ceux nièmes qui prient pour cette âme. J'agis ainsi par- amour pour cette âme qui est l'objet de la prière, afin que celui qui prie s'unisse à elle pour dissiper le nuage qui l'environne. Ainsi tu vois, ma douce et chère fille, combien serait ignorant et digne de blâme celui qui jugerait sur les apparences et qui croirait que c'est le péché qui cause les ténèbres que je t'ai montrées dans cette âme ; car tu as vu qu'elle n'était pas privée de ma grâce, mais seulement de la douceur du sentiment que je lui donnais de ma présence.

3.     Oui, vous tous, mes serviteurs, vous devez désirer vous connaître parfaitement vous-mêmes, afin que vous connaissiez plus parfaitement ma bonté envers vous. Laissez-moi les jugements sur les autres, car c'est ma part et non la vôtre. Abandonnez-moi la justice qui m'appartient ; ayez seulement compassion de votre prochain, et faim de mon honneur et du salut des âmes. Prêchez la vertu avec l'ardeur du désir et reprenez le vice en vous et dans les autres, comme je l'ai dit plus haut.

4.     C'est ainsi que tu viendras à moi en vérité et que tu montreras que tu gardes et que tu observes la doctrine que t'a donnée mon Fils. Ne vois que ma volonté et non celle des hommes ; c'est le seul moyen d'acquérir une vertu réelle et de demeurer dans la parfaite et grande lumière, en te nourrissant à la table des saints désirs, de la nourriture des âmes, pour la gloire et l'honneur de mon nom.

CIV

On ne doit pas prendre pour fondement de l'âme la pénitence, mais l'amour de la vertu.

1.     Ma fille bien-aimée, après ces deux choses, je t'en dirai une troisième à laquelle je veux que tu fasses attention pour en profiter toi-même, si le démon ou la faiblesse de ta vue te portait à vouloir conduire mes serviteurs par la voie où tu as marché toi-même, car ce serait contre la doctrine que tu as reçue de ma Vérité. il arrive souvent qu'en voyant marcher les autres par la voie d'une austère pénitence, on veut que tous suivent la même route, et s'ils ne la prennent pas, on en est affligé, scandalisé, et on pense qu'ils font mal.

2.      Vois cependant quelle erreur. Souvent celui qu'on juge mal parce qu'il fait moins pénitence, fera mieux et sera plus vertueux, quoiqu'il ne pratique pas les austérités de celui qui murmure. Je te l'ai dit, si ceux qui se nourrissent à la table de la pénitence n'agissent pas avec une humilité véritable, s'ils ne prennent pas la pénitence, non comme but principal, mais comme instrument de vertu, leurs murmures nuiront souvent à leur perfection.

3.     Ils doivent savoir que la perfection ne consiste pas à macérer et à tuer son corps, mais à détruire sa propre volonté, et c'est par cette voie de la volonté anéantie et soumise à ma douce Volonté que vous devez désirer ce que je veux que tu désires pour tous. C'est la doctrine éclatante de cette glorieuse Lumière, où court l'âme passionnée et revêtue de ma Vérité.

4.      Je ne méprise pas cependant la pénitence ; car la pénitence est bonne à dompter le corps, quand il veut combattre contre l'esprit. Mais je ne veux pas, ma chère fille, que tu la prennes pour règle générale, parce que tous les corps ne sont pas égaux et n'ont pas la même complexion ; la nature est plus forte dans l'un que dans l'autre, et souvent il arrive, comme je te l'ai dit, que les circonstances forcent à abandonner les austérités qu'on avait commencées. Alors, si tu avais pris ou si tu avais fait prendre la pénitence pour base de conduite, il y aurait découragement, imperfection ; l'âme perdrait la consolation et la vertu.

5.     Parce que vous êtes privés d'une chose que vous aimiez trop et que vous aviez prise pour votre but, vous vous croyez privés de moi, et en vous croyant séparés de ma bonté, vous tombez dans l'ennui, le dégoût et le trouble. Vous perdez ainsi la pratique de l'oraison et la ferveur que vous aviez quand vous faisiez pénitence. Les circonstances vous ont forcés à l'abandonner, et vous ne trouvez plus dans la prière la douceur que vous goûtiez auparavant. Cela vient de ce que vous avez pris pour fondement l'amour de la pénitence, et non l'ardeur du désir des véritables et solides vertus.

6.      Tu vois le mal qui arrive lorsque vous prenez pour base principale la pénitence : vous êtes dans l'erreur et vous tombez dans des murmures contre mes serviteurs. Vous rencontrez l'ennui, l'amertume, et vous voulez nie servir par des œuvres finies, moi qui suis le Bien infini et qui vous demande un désir infini. La chose principale pour vous est de tuer et d'anéantir la volonté-propre. C'est en la soumettant entièrement à ma volonté que vous me présenterez, comme une agréable offrande, l'ardeur de votre désir infini pour mon honneur et le salut des âmes.

7.     Vous vous nourrirez ainsi à la table du saint désir, et vous ne serez jamais scandalisés, ni à votre occasion, ni à celle du prochain ; mais vous vous réjouirez en, toute chose, et vous profiterez des moyens si variés que je donne à l'âme. Ce n'est pas ce que font les malheureux qui ne suivent pas cette douce doctrine, et la voie droite donnée par ma Vérité. Ils jugent au contraire selon l'aveuglement et l'infirmité de leur vue ; ils vont comme des insensés qui ignorent leur route ; ils se privent des biens de la terre et du ciel. Dès cette vie, comme je te l'ai dit dans un autre endroit, ils ont un avant-goût de l'enfer.

CV

Résumé des choses précédentes.- Explication sur la correction du prochain.

1.     Maintenant, ma très chère fille, je satisferai ton désir, et je t'expliquerai ce que tu me demandais sur la manière de reprendre ton prochain sans te laisser tromper par le démon, ou par la faiblesse de ta vue. Tu dois le reprendre d'une manière générale, et non particulière, à moins que je ne te l'aie expressément révélé ; mais toujours avec une grande humilité, et en te reprenant toi-même avec les autres.

2.      Je t'ai dit, et je te répète qu'en aucune occasion il n'est permis de juger les créatures et les âmes de mes serviteurs suivant les dispositions heureuses ou fâcheuses où on les trouve. Car tu es incapable de les juger, et en le faisant tu te tromperais dans tes jugements. Vous devez compatir au prochain, et me le laisser juger.

3.     Je t'ai dit aussi la règle que tu devais donner à ceux qui viendraient te consulter. et qui voudraient sortir des ténèbres du péché mortel et suivre les sentiers de la vertu. Il faut leur donner pour principe et fondement l'amour de la vertu, par la connaissance d'eux-mêmes et la connaissance de ma bonté envers eux ; il faut leur faire tuer et détruire leur propre volonté, afin qu'elle ne se révolte jamais contre moi. Montre-leur la pénitence comme un moyen, et non comme un but ; elle ne doit pas être égale pour tous, mais elle doit se régler sur l'aptitude, les forces et l'état de chacun : les uns peuvent beaucoup, les autres moins, selon leurs dispositions extérieures.

4.      Je t'ai dit qu'il ne fallait reprendre le prochain que d'une manière générale, et c'est la vérité. Je ne veux pas cependant que tu penses qu'en voyant un défaut formel dans quelqu'un, tu ne puisses le reprendre entre toi et lui. Tu peux le faire, et même s'il s'obstine et s'il ne se corrige pas, tu peux le dire à deux ou trois personnes et si cela ne sert de rien, tu peux le déclarer au corps mystique de la sainte Église (S. Matthieu, XVIII, 15-17), Mais je t'ai dit d'être prudente et de ne pas te hâter sur des apparences que tu verras dans ton esprit ou extérieurement. A moins de voir clairement la vérité, ou d'en recevoir une révélation positive, tu ne dois reprendre personne, si ce n'est comme je te l'ai dit : c'est le parti le plus sûr pour que le démon ne te trompe pas sous le manteau de la, charité. J'ai fini maintenant, ma bien chère fille, de t'expliquer ce qui est nécessaire pour conserver et accroître la perfection de l'âme.

CVI

Des signes qui font connaître si les visites et les visions spirituelles viennent de Dieu ou du démon.

1.     Je vais te dire maintenant ce que tu, me demandais sur le signe que je donne à l'âme dans ses visions et ses consolations spirituelles pour distinguer les visites qu'elle reçoit, et pour reconnaître si elles viennent de moi ou d'un autre. Je t'ai dit que le signe de ma visite était ta joie que je laissais dans l'âme et la faim de la vertu qu'elle ressent, les sentiments d'une humilité sincère et l'ardeur de la divine charité. Tu m'as demandé si dans cette joie ne pouvait pas se rencontrer quelque illusion, parce que tu voudrais suivre la route la plus sûre et le signe de la vertu qui ne peut t'égarer. Je te dirai le piège que tu dois craindre et comment tu reconnaîtras si cette joie est bonne ou mauvaise. Voici la manière dont l'ennemi peut vous tromper.

2.      Apprends que toute créature raisonnable qui aime et désire une chose, éprouve de la joie lorsqu'elle la possède ; et plus elle aime cette chose, moins elle la voit avec discernement, moins elle s'applique à la connaître avec prudence. Elle est tout entière à la jouissance de ce qu'elle a désiré, et la joie qu'elle y trouve la rend aveugle à son sujet. Aussi ceux qui aiment et désirent trop les consolations spirituelles, recherchent les visions et s'attachent plus aux douceurs des consolations qu'à moi-même, comme je te l'ai dit de ceux qui sont dans l'état imparfait, parce qu'ils s'arrêtent plus aux faveurs qu'ils reçoivent de moi qu'à l'ineffable charité avec laquelle je leur donne.

3.     Ces personnes peuvent être trompées dans leur joie, sans compter les autres dangers qui les menacent. Comment sont-elles trompées ? Le voici : Lorsque l'âme s'est passionnée pour la consolation et qu'elle la reçoit de quelque manière, elle ressent une grande joie, parce qu'elle voit ce qu'elle aime et ce qu'elle désire. Souvent ces consolations peuvent venir du démon, et l'âme en ressent cependant de la joie. Mais, je te l'ai dit, quand c'est le démon qui agit, cette visite de l'âme commence dans la joie et finit dans la peine, le trouble de la conscience et l'indifférence de la vertu.

4.      Quelquefois l'âme peut avoir cette joie et la conserver jusqu'à la fin de l'oraison, mais si cette joie se trouve sans un ardent désir de la vertu, si elle n'est pas embaumée d'humilité et embrasée du feu de ma divine charité, ces visites, ces consolations, ces visions qu'elle a reçues sont du démon et non de moi, quoiqu'elle éprouve le signe de la joie. Puisque cette joie n'est pas unie à l'amour de la vertu, il est évident qu'elle vient de l'amour que l'âme avait pour sa propre consolation. Elle jouit, elle est heureuse parce qu'elle a ce qu'elle désirait, car c'est le propre de tout amour de ressentir de la joie quand il reçoit ce qu'il aime.

5.     Tu ne dois donc pas te fier à ta seule joie, lors même qu'elle durerait pendant toute la consolation, et encore davantage. L'amour aveuglé par cette joie ne peut reconnaître la tromperie du démon, s'il n'agit pas avec prudence, mais en agissant avec prudence, l'âme verra si la joie est accompagnée de l'amour de la vertu, et par ce moyen elle connaîtra si la visite qu'elle reçoit vient de moi ou du démon.

6.      Ainsi pour reconnaître quand c'est moi qui te visite, il faut que ta joie soit unie à la vertu ; c'est le signe que je t'ai donné et qui te fera discerner l'erreur et la vérité, c'est-à-dire la joie qui viendra réellement de moi et la' joie qui viendra de l'amour-propre spirituel uniquement attaché à la consolation. Ma visite donne la joie unie à l'amour de la vertu, et celle du démon, donne la joie seulement. Quand on s'aperçoit que la vertu n'augmente pas, on doit en conclure que la joie procède de l'amour de la consolation.

7.     Je veux que tu saches que tous ne sont pas trompés par cette joie ; il n'y a que les imparfaits qui recherchent la consolation et qui s'attachent plus au bienfait qu'au bienfaiteur. Mais ceux qui sont embrasés pour moi d'un amour pur et désintéressé, ceux qui aiment le bienfait à cause du bienfaiteur et non à cause de leur consolation, ceux-là ne peuvent jamais être trompés par cette joie ; car ils ont un signe certain pour reconnaître que le démon veut les tromper en se transformant en ange de lumière et en les remplissant d'allégresse. Ils ne sont point passionnés pour la consolation, et ils reconnaissent avec prudence le piège du démon ; leur joie passe vite, et comme ils voient qu'ils sont dans les ténèbres, ils s'humilient dans la vraie connaissance d'eux-mêmes. Ils méprisent toute consolation et embrassent avec ardeur la doctrine de ma Vérité. Le démon, honteux de sa défaite, ne revient jamais ou presque jamais sous cette forme.

8.     Ceux qui aiment leur consolation seront souvent ainsi trompés, mais ils reconnaîtront leur illusion par le moyen que je t'indique, c'est-à-dire en s'apercevant que cette joie n'est pas accompagnée de l'amour de la vertu, de l'humilité, de la vraie charité, du désir de mon honneur et du salut des âmes. Mon ineffable bonté donne ainsi aux parfaits et aux imparfaits, dans quelque état qu'ils soient, un moyen de n'être jamais trompé. Si vous voulez conserver la lumière de l'intelligence que je vous donne par la sainte foi, ne la laissez jamais obscurcir par le démon et par l'amour-propre ; car si vous ne la perdez pas volontairement, personne ne pourra vous l'enlever.

CVII

Dieu satisfait aux désirs de ses serviteurs.- Combien lui sont agréables ceux qui frappent avec persévérance à la porte de la Vérité.

1.     Maintenant, ma très chère fille, j'ai clairement dévoilé, à l'œil de ton intelligence les pièges que le démon pourrait te tendre, et j'ai satisfait aux demandes que tu m'avais adressées, car je ne méprise jamais les désirs de mes serviteurs ; je donne à qui demande, et je vous invite à demander. J'ai en aversion celui qui ne frappe pas véritablement à la porte de mon Fils en suivant sa doctrine. Suivre sa doctrine, c'est frapper en m'appelant par la voix du saint désir, par d'humbles et continuelles prières.

2.      Je suis le Père qui vous donne le pain de la grâce à la porte de ma douce Vérité. Quelquefois, pour éprouver vos désirs et votre persévérance, je parais ne pas entendre, mais je vous entends bien et je vous donne ce dont ,vous avez besoin ; car je vous donne la faim et la voix avec laquelle vous criez vers moi. En voyant votre constance, j'accomplis vos désirs lorsqu'ils sont justes et dirigés vers moi. C'est à demander ainsi que ma Vérité vous invite lorsqu'elle dit : "Appelez et on vous répondra ; frappez et on vous ouvrira ; demandez et on vous donnera".

3.     Et moi je te le dis aussi : Je ne veux pas que tu te lasses de désirer et de chercher mon secours. Que ta voix ne cesse jamais de crier vers moi pour que je fasse miséricorde au monde. Frappe toujours à la porte de mon Fils ; aime à être avec lui sur la croix, à te nourrir de la nourriture des âmes pour la gloire et l'honneur de mon nom, et à gémir dans l'angoisse de ton cœur sur la perte des hommes que tu vois plongés dans une telle misère, que la, langue ne saurait jamais la raconter. C'est par vos cris et vos gémissements que je veux faire miséricorde au monde. Et c'est pour cela que je les demande à mes serviteurs ; ils me prouveront ainsi qu'ils m'aiment en vérité, et je te l'ai dit, je ne mépriserai pas leur désir.

CVIII

L'âme rend grâces à Dieu et prie pour le monde, et en particulier pour le corps mystique de la sainte Église.

1.     Alors cette âme, tout enivrée, paraissait hors d'elle-même ; l'action de ses sens était suspendue par l'amour qui l'unissait à son Créateur ; son intelligence était ravie dans la contemplation de l'éternelle Vérité ; ce qu'elle voyait l'enflammait d'ardeur, et elle disait :

2.      O souveraine et éternelle bonté de Dieu ! qui suis-je, misérable, pour que vous le Père, vous me manifestiez votre vérité et les pièges secrets du démon, les dangers de l'amour-propre auxquels je suis exposée pendant le pèlerinage de cette vie, pour que je ne sois pas trompée par le démon, et par moi-même ? Qui vous fait agir ainsi ? L'amour ! Vous m'avez aimée avant d'être aimé de moi.

3.     O foyer d'amour ! grâces, grâces vous soient rendues à vous, ô Père éternel ! Je suis imparfaite et remplie de ténèbres, vous êtes la perfection et la lumière. Vous m'avez montré la perfection et la voie lumineuse de la doctrine de votre Fils unique. J'étais morte et vous m'avez ressuscitée ; j'étais malade et vous m'avez guérie. Non Seulement vous m'avez donné le remède du sang que vous avez appliqué au genre humain malade, par votre Fils unique, mais vous m'avez donné un remède pour les infirmités secrètes que je ne connaissais pas, en m'apprenant qu'il ne fallait juger aucune créature raisonnable, surtout vos serviteurs : je tombais souvent dans cet aveuglement et cette infirmité, en les jugeant témérairement, comme par zèle pour votre honneur et pour le salut des âmes.

4.      Je vous remercie, souveraine et éternelle Bonté, de m'avoir fait connaître mon infirmité en me manifestant votre vérité et les illusions du démon et de l'amour-propre. Je supplie votre grâce et votre miséricorde de me mettre dans, l'impossibilité de m'écarter des enseignements que vous avez daigné donner à moi et à tous ceux qui voudront les suivre. Sans vous, rien ne peut se faire ; j'ai donc recours à vous, je me réfugie en vous, ô Père éternel, et je ne vous implore pas pour moi seule, mais pour le monde entier et particulièrement pour le corps mystique de la sainte Église.

5.     Que cette doctrine que vomis m'avez enseignée, à moi misérable, brille dans vos ministres Je vous le demande aussi spécialement pour tous ceux que vous m'avez donnés, que j'aime d'un amour particulier et que vous avez faits une même chose avec moi ; car ils seront ma joie pour la gloire et l'honneur de votre nom, si je les vois courir dans cette douce et droite voie, parfaitement morts à leur volonté, à leurs opinions, purs de tout jugement, de tout scandale et de tout murmure contre leur prochain Je vous demande, ô mon doux Amour, qu'aucun ne me soit ravi par les mains de l'infernal démon, mais que tous parviennent à vous, ô Père, qui êtes leur fin dernière.

6.      Je vous fais aussi une autre prière pour les deux appuis que vous avez donnés a ma faiblesse, pour les deux pères auxquels vous avez confié ici-bas la garde et l'enseignement de ma misère, depuis le commencement de ma conversion jusqu'à cette heure. Unissez-les ensemble ; que leurs deux corps n'aient qu'une âme, et qu'ils ne pensent qu'à accomplir en eux et dans le ministère que vous leur avez donné, la gloire et l'honneur de votre nom pour le salut des âmes. Et moi, leur indigne et misérable servante, que j'agisse avec eux par amour pour vous, avec un grand respect et une sainte crainte, et que je fasse tout pour votre honneur, pour leur paix et leur repos et pour l'édification du prochain.

7.     Je suis certaine, ô Vérité suprême ! que vous ne méprisez pas mon désir et mes prières ; car je sais, et Vous avez daigné me faire comprendre, surtout par expérience, que vous exauciez les Saints désirs. Moi, votre indigne servante, je m'efforcerai, avec le secours de votre grâce, d'observer votre doctrine et vos commandements.

8.     Maintenant, ô Père, je me rappelle une parole que vous m'avez dite lorsque vous m'avez parlé des ministres de la Sainte Église. Vous m'avez annoncé que vous me montreriez plus en détail les fautes qu'ils commettent. S'il plaît à votre bonté de le faire, je vous écouterai pour augmenter en moi la douleur, la compassion que j'ai pour eux, et l'ardent désir que je ressens pour leur salut, car je me souviens que vous m'avez promis d'accorder aux souffrances, aux douleurs, aux sueurs, aux prières de vos serviteurs, le repos et la réforme de l'Église par de bons et saints pasteurs. Pour que je puisse mieux y travailler, accordez-moi ma demande.

CIX

Dieu sollicite l'âme à la prière et répond à quelques-unes de ses demandes.

1.     Alors Dieu, jetant un regard de miséricorde sur cette âme, ne méprisa pas son désir. Il accueillit sa prière, et pour satisfaire à la demande qu'elle lui avait faite au sujet de sa promesse, il lui disait : O ma très douce et très chère fille, je satisferai ton désir comme tu me le demandes, pourvu que de ton côté tu ne commettes pas d'erreur ou de négligence ; car ta faute serait beaucoup plus grave et beaucoup plus digne de reproche m,aintenant qu'auparavant, puisque tu connais davantage ma vérité. Applique-toi donc à prier pour toutes les créatures raisonnables, pour le corps mystique de la sainte Église et pour ceux que je t'ai donnés et que tu aimes d'un amour particulier.

2.     Oui, ne cesse jamais de prier avec ardeur ; offre à tous l'exemple de ta vie, l'enseignement de ta parole ; combats le vice et prêche la vertu autant que tu le pourras. Pour les appuis que je t'ai donnés, ce que tu m'as dit est vrai. Tâche d'être un moyen de donner à chacun ce dont il a besoin ; c'est moi, ton Créateur, qui te ferai faire ce qui leur convient, car sans moi tu ne pourrais rien faire. Je remplirai tous tes désirs ; mais ne cesse jamais d'espérer en moi, parce que ma providence ne vous manquera jamais. Que chacun reçoive humblement ce qu'il est capable de recevoir ; qu'il remplisse le ministère que je lui ai confié, selon la mesure qu'il a reçue et qu'il recevra de ma bonté.

CX

De la dignité des prêtres.- De la sainte Eucharistie, et de ceux qui la reçoivent dignement ou indignement.

1.     Je vais répondre à ce que tu m'as demandé sur les ministres de la sainte Église, et pour que tu comprennes mieux la vérité, ouvre l’œil de ton intelligence et regarde leur excellence et la dignité à laquelle je les ai élevés. Comme les choses se comprennent mieux par leur contraire je veux te montrer la grandeur de ceux qui font saintement valoir le trésor que je leur ai confié. Tu verras ainsi davantage la misère de ceux qui, à cette époque, sont attachés au sein de l'Église, mon épouse.

2.      Alors cette âme obéissante contempla la Vérité, et vit, briller la vertu de ceux qui la goûtent véritablement. Dieu lui disait : Ma fille bien-aimée, je veux d'abord te montrer la dignité que ma bonté leur a donnée, outre l'amour général que j'ai eu pour mes autres créatures en les créant à mon image et ressemblance, et en les faisant renaître à la grâce dans le sang de mon Fils unique.

3.     L'union de ma divinité à la nature humaine par mon Fils vous a tellement élevés, qu'en cela vous surpassez l'ange même, puisque la Divinité a pris votre nature et non celle de l'ange, tellement que, comme, je te l'ai dit, Dieu s'est fait homme et l'homme est devenu Dieu par l'union des deux natures. Cette grandeur a été donnée à toutes les créatures, raisonnables ; mais parmi les créatures j'ai choisi des ministres pour votre salut, afin que vous receviez de leur main le sang de l'humble Agneau sans tache, mon Fils unique. Je leur ai donné la charge d'administrer le soleil, en leur confiant la lumière de la science et la chaleur de la divine charité, et avec cette lumière et cette chaleur, la couleur, c'est-à-dire le sang et le corps de mon Fils.

4.      Ce corps est un soleil ; car il n'est qu'une même chose avec le vrai Soleil, et cette union est si grande, que la séparation est impossible ; le soleil ne peut séparer sa lumière de sa chaleur, ni sa chaleur de sa lumière, tarit leur union est parfaite. Ce Soleil ne quitte pas son centre, il ne se divise pas pour éclairer tout le monde : quiconque le veut, participe à sa chaleur. Aucune souillure ne peut l'atteindre, et sa lumière lui est unie, ainsi que je te l'ai dit.

5.     Le Verbe, mon Fils, avec son Sang précieux, est donc un soleil tout Dieu et tout homme ; car il est une même chose avec moi, et moi avec lui. Ma puissance n'est pas Séparée de sa sagesse, et la chaleur, le feu du Saint-Esprit, n'est pas séparée du Père et du Fils, car il est une -même chose avec nous. Le Saint-Esprit procède du Père et du Fils ; nous ne sommes qu'un même soleil.

6.      Moi, je suis le Soleil, le Dieu éternel, principe du Fils et du Saint-Esprit ; au Saint-Esprit est attribuée l'ardeur, au Fils la sagesse, et dans cette sagesse mes ministres reçoivent une lumière de grâce, parce qu'ils administrent cette lumière avec la lumière et la gratitude du bienfait qu'ils ont reçu de moi, le Père, en suivant la doctrine de la Sagesse, mon Fils unique.

7.     Cette lumière est celle qui a en elle la couleur de votre humanité, unie l'une avec l'autre. La lumière de ma divinité a été la lumière unie à la couleur de votre humanité, et cette couleur est devenue lumineuse, quand elle devint impassible par la lumière de la nature divine. Par ce moyen, c'est-à-dire par le Verbe incarné, mêlé et uni à ma nature divine et à la chaleur, au feu de l'Esprit-Saint, vous avez reçu la Lumière. A qui l'ai-je donnée cette Lumière à administrer ? A mes ministres, dans le corps mystique de la sainte Église, afin que vous ayez la vie, en vous donnant son corps pour aliment et son sang pour breuvage.

8.      Je t'ai dit que ce corps est un soleil, et le corps ne peut vous être donné sans le sang, le sang ni le corps sans l'âme du Verbe ; et l'âme ni le corps tans ma divinité, parce que l'une ne peut être séparée de l'autre ; je t'ai dit ailleurs que la nature divine ne pouvait jamais être séparée de la nature humaine, ni par la mort, ni par aucune cause imaginable. Ainsi, dans cet ineffable sacrement, vous recevez toute l'essence divine sous la blancheur du pain, et comme le soleil ne peut se diviser, la divinité et l'humanité entières ne peuvent se diviser dans la blancheur de cette Hostie. Quand même l'Hostie serait divisée en des millions de parties, dans chacune de ses parties se trouverait le Dieu et l'homme tout entiers, comme je te l'ai dit. En partageant un miroir, on ne partage pas l'image qui se voit dans le miroir ; de même en divisant l'Hostie, on ne divise pas la divinité et l'humanité, mais elles se trouvent en chaque partie dans leur totalité et sans être diminuées, comme le feu peut le faire comprendre.

9.     Si tu avais une lumière, et si tout le monde venait en profiter, la lumière ne diminuerait pas pour cela, et chacun l'aurait vue complètement. Il est vrai qu'on participe plus ou -moins à cette lumière, selon ce qu'on présente à la flamme ; un exemple te le fera comprendre. Si des personnes portaient des flambeaux de poids différents, d'une once, de deux, de trois, de six onces, ou d'une livre, et si elles les allumaient à une lumière, les flambeaux, petits ou grands, recevraient tous la lumière, sa chaleur et son éclat, et pourtant le flambeau d'une once aurait moins que celui d'une livre.

10.    Il en est de même de ceux qui reçoivent ce sacrement : chacun porte son flambeau, c'est-à-dire le saint désir avec lequel il reçoit ce sacrement. Le flambeau est éteint, et il s'allume en recevant le sacrement. Je dis qu'il est éteint, parce que par vous-mêmes vous n'êtes rien, il est vrai que je vous ai donné la matière avec laquelle vous pouvez alimenter en vous cette lumière et la recevoir. Cette matière est l'amour ; car je vous ai créés par amour, et vous ne pouvez vivre sans amour.

11.   Cet être que vous a donné l'amour, a reçu au saint baptême, en vertu du sang de mon Fils, la disposition sans laquelle vous ne pourriez participer à cette lumière. Vous seriez comme un flambeau sans mèche, qui ne peut briller et recevoir la lumière. Il en serait de même pour vous, si votre âme n'avait cette mèche qui reçoit la lumière de la sainte foi, unie à la grâce que vous recevez au baptême, avec cette faculté de votre âme créée pour aimer. L'âme est tellement faite pour aimer, que sans amour elle ne peut vivre ; car l'amour est vraiment sa nourriture. Mais où s'allume l'âme ainsi préparée ? Au feu de ma divine charité, en m'aimant, en me craignant et en suivant la doctrine de mon Fils.

12.    Il est vrai qu'elle s'enflammera plus ou moins, selon la matière qu'elle aura pour alimenter le feu, bien que vous ayez la même matière, puisque tous vous êtes créés à mon image et ressemblance, et qu'étant chrétiens, vous avez la lumière du saint baptême. Mais chacun peut croître en amour et en vertu, selon qu'il le veut, avec le secours de ma grâce. Vous ne changez pas la forme que je vous ai donnée ; vous grandissez seulement et vous augmentez vos vertus, en exerçant votre libre arbitre dans l'ardeur de la charité, pendant que vous en avez le temps ; car lorsque le temps est passé, vous ne pouvez rien faire.

13.   Ainsi, vous pouvez croître en amour, comme je vous l'ai dit, et avec cet amour vous devez venir recevoir l'ineffable Sacrement, cette douce et glorieuse Lumière, que j'ai chargé mes ministres de vous distribuer pour votre nourriture. Vous recevez cette lumière selon la mesure de votre ‘amour et l'ardeur de votre désir ; vous la recevez, comme je te l'ai expliqué, par l'exemple de ceux qui ont des flambeaux, et qui reçoivent la lumière selon l'importance de ces flambeaux, quoique la lumière soit complète et indivisible.

14.    Cette lumière ne peut être divisée par l'imperfection de celui qui la reçoit ou de celui qui l'administre. Vous participez à la lumière, c'est-à-dire à la grâce que vous recevez dans ce sacrement, autant que vous vous disposez à le recevoir par un saint désir. Et si quelqu'un s'approche de ce sacrement en état de péché mortel, il ne reçoit pas la grâce, quoiqu'il reçoive réellement l'Homme-Dieu tout entier, ainsi que je te l'ai dit.

15.   Ma fille bien-aimée, sais-tu à quoi ressemble cette âme qui me reçoit indignement ? Elle ressemble à un flambeau qui est tombé dans l'eau et qui ne fait que pétiller quand on l'approche du feu ; la flamme s'éteint dès qu'on l'y met, et il ne reste que la fumée. Il en est ainsi de l'âme : elle porte en elle te flambeau qu'elle a reçu dans le saint baptême, mais elle jette en elle l'eau du péché, et cette eau mouille la mèche, destinée à la lumière de la grâce dans le saint baptême. Tant qu'elle ne l'a pas séchée par le feu d'une vraie contrition et par l'humble confession de ses fautes, elle va au banquet de l'Autel recevoir cette lumière corporellement, mais non spirituellement.

16.    Ainsi, quand l'âme n'est pas disposée comme elle devrait l'être pour un aussi grand mystère, cette vraie Lumière ne reste pas en elle par la grâce ; mais elle disparaît, elle s'éteint, et l'âme reste dans une confusion plus grande les ténèbres du péché augmentent, et elle n'éprouve autre chose de ce sacrement qu'un remords de conscience de plus, non par l'effet de la Lumière qui ne peut jamais être altérée, mais par l'effet de l'eau du péché qui est dans l'âme et qui l'empêche de recevoir la Lumière.

17.   Tu vois donc qu'en aucune manière cette Lumière, unie à sa chaleur et à sa couleur, ne peut être altérée, ni par la faiblesse du désir que l'âme apporte à recevoir ce sacrement, ni par la faute de l'âme qui le reçoit, ni par celle de celui qui l'administre. Je te disais que le soleil, en éclairant une chose immonde, n'en est jamais souillé ; de même cette douce Lumière, dans ce sacrement, ne peut jamais être souillés, ni divisée, ni diminuée, ni séparée de son centre, quoique le monde entier participe à sa lumière et à sa chaleur.

18.   Ainsi, le soleil du Verbe, mon Fils, ne se sépare jamais de moi, le Soleil son Père, lorsque dans le corps mystique de la sainte Église, il est administré à tous ceux qui veulent le recevoir ; mais il est toujours en moi ; et vous le recevez cependant, Dieu et homme tout entier, comme je te l'ai expliqué par la comparaison de la lumière, où tous les hommes pourraient allumer leurs flambeaux, en la laissant dans sa totalité.

   

Pour toute suggestion, toute observation ou renseignement sur ce site,
adressez vos messages à :

 voiemystique@free.fr